top of page
Superviseure au CISSS

Superviseur(e)s au CISSS de la Montérégie-Est

Un sincère merci aux superviseur(e)s!

La Direction de l'enseignement universitaire et de la recherche (DEUR) est fière de vous compter parmi nos superviseur(e)s qui offrent et partagent leurs connaissances chaque année.

Sachez qu'il existe un programme de soutien et de reconnaissance aux superviseurs (PSRS) pour vous soutenir et vous remercier de votre contribution à la formation de la relève.

Programme de soutien et de reconnaissance aux superviseurs (PSRS)

Diverses formes de reconnaissance sont permises par ce programme, le cadre de référence présente les dépenses admissibles ainsi que les procédures à suivre pour soumettre une demande au programme de soutien et de reconnaissance des superviseurs (PSRS). 

Grâce au programme de soutien et de reconnaissance des superviseurs, vous avez la possibilité de faire des demandes pour les éléments suivants :

  • Achat de petit équipement

  • Achat de livres ou abonnement

  • Frais de formation et dépenses associées

  • Participation à des congrès et dépenses associées

  • Activité d’accueil des stagiaires (conférencier, organisez un gouter)

Pour soumettre votre demande au PSRS, veuillez remplir le formulaire de demande PSRS et obtenir l'approbation de votre gestionnaire. 

Dans le cas d’une demande de formation, assurez-vous de remplir à la fois le « Formulaire de demande PSRS » et le formulaire intitulé « Demande d’approbation d’une activité de formation individuelle »

Activités de la Direction de

l'enseignement universitaire

et de la recherche (DEUR)

Faites comme elles

Témoignage de
superviseures

Félixia Jaunasse  

infirmière clinicienne au GMF Fusion-UMF 

« Je m’appelle Félixia, je suis infirmière clinicienne depuis bientôt 12 ans et je pratique en GMF depuis 9 ans déjà! 

 

J'ai fait un microprogramme de 2e cycle en pédagogie des sciences de la santé à l’Université de Sherbrooke à la suite de mon baccalauréat en science de la santé puisque j'ai toujours eu un faible pour l'enseignement. 

 

Être superviseure de stage vient donc combler mes besoins en enseignement et en plus ça me permet de requestionner/améliorer ma pratique, de revoir certains concepts acquis ainsi que d'apprendre par le vécu et l'expérience de mes stagiaires. Bref, du beau bonheur!

 

Être superviseure de stages me permet de redonner au suivant, car j'ai vécu de magnifiques expériences de stages. »

Annie Pelletier

Psychologue en Protection de la jeunesse

Si elle a choisi de devenir superviseure, c’est « parce que je suis passionnée de mon métier et que j’adore contribuer au bien-être et au perfectionnement de futurs psychologues dans ce métier complexe. Ce métier nécessite un grand investissement de soi-même et une spécialisation dans la compréhension des enjeux cachés qui expliquent les comportements de surface et les besoins psychiques sous-jacents. Ces dernières années, mon autre moteur a été de favoriser l'intérêt de travailler auprès de la clientèle très attachante et souffrante des enfants et adolescents signalés à la DPJ ou par la Loi sur le système de justice pénale pour les adolescents (LSJPA) chez les universitaires en formation. Cela permettra ainsi de permettre le recrutement des jeunes psychologues au sein des services psychologues publics. C’est l'endroit où notre apport est pour moi des plus précieux en ce temps de pénurie de main-d'oeuvre et de besoins psychologiques criants au sein de la société. »

Patricia Saint-Pierre

Criminologue et coordonnatrice professionnelle en évaluation-orientation, territoire de Chambly-Kateri

Si elle a choisi de devenir superviseure, c'est parce qu'elle a eu deux stages en Protection de la jeunesse : un comme éducatrice et un comme intervenante au psychosocial. Elle a eu la chance d'avoir des superviseures investies, disponibles et bienveillantes. « J'ai voulu donner à mon tour​​​! J'ai toujours aimé partager mon expérience et je crois que lorsque nous sommes superviseur(e)s, nous recevons autant que nous donnons. C'est-à-dire que les étudiant(e)s nous transmettent de l'information plus à jour que ce qu'on a appris à l'école et ça nous permet de nous remettre en question. Lorsque je peux montrer mon emploi à des stagiaires et les accompagner, cela me permet de conserver une rigueur dans les bonnes pratiques à mettre en place auprès des usagers. Je trouve gratifiant de voir mes superviseures qui sont devenues mes collègues, et mes collègues qui ont déjà été mes stagiaires. »

Cindy Beaudin

Infirmière praticienne spécialisée en soins de première ligne (IPSPL)

Selon Cindy, son rôle de superviseure de stage pour les IPSPL facilite la transition entre la formation universitaire et la pratique en milieu clinique. Le rôle de superviseur(e), c’est aussi agir à titre de modèle de rôle, de guide pour les étudiant(e)s. Elle doit permettre à l'étudiante d'appliquer les connaissances apprises, d'aiguiser son jugement clinique par une approche réflexive pour favoriser le développement de compétences, le tout dans un climat humain et stimulant. « D'un point de vue personnel, superviser un stage c'est un cadeau pour soi. Il s'agit là d'une occasion pour nous aussi d'apprendre, de renforcir des connaissances et de prendre le temps de se requestionner sur notre pratique. » 

Myriam Dansereau

Ergothérapeute à la Direction du programme de soutien à l'autonomie des personnes âgées (SAPA)

Si elle a décidé de devenir superviseure, c'est parce que durant son parcours universitaire, il y a eu une grande pénurie de superviseur(e)s dans les milieux de stage. « Notre responsable des stages nous avait fait jurer solennellement de devenir superviseur(e) un an après notre diplomation. Cette promesse était restée en moi et, dès que j'ai eu le sentiment de bien connaître mon milieu de travail, j'ai pris une première stagiaire en cosupervision. Je crois avoir fait le saut principalement parce que j'aime partager ma passion pour l'ergothérapie, particulièrement pour la prise en charge de la clientèle âgée. La personne âgée est rarement une clientèle vers laquelle elles et ils rêvent de travailler. Je leur fais donc découvrir le plaisir de s'intéresser à l'histoire de l'autre et de s'ouvrir à leur parcours souvent surprenant. Beaucoup des stagiaires que j'ai pu soutenir de près ou de loin m'ont rapporté avoir découvert tout un pan de l'ergothérapie jusqu'alors insoupçonné. »

En cas de difficulté

Un des rôles de la DEUR est de participer à la résolution de problème en lien avec les stages. N'hésitez pas à nous aviser si vous vivez une situation problématique. Vos commentaires sont essentiels pour nous permettre d'améliorer la gestion des stages.

Contactez-nous à deur.stages.cisssme16@ssss.gouv.qc.ca ou
de façon confidentielle en cliquant sur le lien ci-dessous.

Accueillir

votre

stagiaire

Voici quelques

suggestions pour

vous aider :

  • Essayez d'alléger sa charge de travail;

  • Lisez les documents liés au stage;

  • Prenez connaissance des compétences à atteindre pour le stage et des attentes des maisons d'enseignement;

  • Planifiez le déroulement du stage (horaire, clientèle à assigner, espace de travail, communications, rencontres de supervision, etc.);

  • Ciblez l'information essentielle à transmettre au stagiaire et des ressources disponibles pour le stagiaire;

  • Renseignez-vous sur les cours que le stagiaire a suivis avant son stage;

  • Renseignez-vous sur son expérience; 

  • Encouragez votre stagiaire à poser des questions;

  • Ayez un plan B;

  • Avisez l'équipe de l’arrivée de votre stagiaire;

  • Présentez votre stagiaire à l'équipe et intégrez votre stagiaire à l'équipe ainsi qu'aux autres employé(e)s;

  • Posez des questions sur ses attentes;

  • Définissez vos attentes; 

  • Établissez le climat de confiance.

Quatre grandes catégories de modes de
supervision de stage

Supervision et
cosupervision individuelle

Qu'est-ce que la supervision et la cosupervision individuelle ?

Encadrement d’un(e) stagiaire par un(e) ou deux superviseur(e)s (1 : 1 ou 2 : 1). La cosupervision peut être simultanée ou alternée.

Avantages ?

  • Permet de développer une relation pédagogique personnalisée

  • Constitue un mode traditionnel apprécié des superviseur(e)s et des stagiaires, procure un sentiment de contrôle aux deux parties impliquées ;

  • Offre un accompagnement aux stagiaires dans toutes les phases de développement et d’apprentissage ;

  • La cosupervision permet d’exposer le ou la stagiaire à une diversité de situations, d’approches et de méthodes de travail ;

  • La cosupervision favorise la répartition de la charge de travail entre deux personnes et/ou permet d'initier une autre personne à la fonction de superviseur(e). 

À quoi prêter une attention particulière ?

  • La supervision individuelle implique que les apprentissages reposent sur la pratique d’une seule personne (approche, méthode, style d’intervention) : moins propice à la confrontation d’idées, à l’exposition de différentes perspectives et à l’émergence de créativité par rapport à d’autres modalités ;

  • Ce mode exige une bonne préparation, une planification de la charge de travail de l'équipe et un engagement constant auprès des stagiaires ;

  • La cosupervision nécessite une bonne communication et une concertation entre les superviseur(e)s ainsi qu'une bonne capacité d’adaptation des stagiaires ;

  • Le nombre limité de stagiaires qui peuvent être accueillis si peu de superviseur(e)s sont disponibles.

Dans quel cas choisir l'un de ses deux modes ?

  • Pour développer une relation pédagogique personnalisée ;

  • Pour initier un(e) superviseur(e) novice et pour mieux répartir la charge de travail, dans le cas de la cosupervision.

Supervision de groupe

Qu'est-ce que la supervision de groupe?

Supervision de plusieurs stagiaires, du même niveau d’apprentissage, par un(e) (1 : 2 [triade] ou 1 : 2+) ou plusieurs (2+ : 2+) superviseur(e)s.

Avantages ?

  • Permet d'accompagner un plus grand nombre de stagiaires pour la même période de supervision ;

  • Favorise l’autonomie des stagiaires et le travail en équipe : peut alléger le nombre de questions orientées vers les superviseur(e)s ;

  • Contribue à réduire le niveau de stress et d'anxiété des stagiaires grâce à l'entraide dans leurs apprentissages ;

  • Offre, dans le cas de la supervision collaborative, la possibilité de répartir la charge de travail entre plusieurs superviseur(e)s.

À quoi prêter une attention particulière ?

  • La supervision de groupe peut engendrer des comparaisons et un climat compétitif entre stagiaires ;

  • Les superviseur(e)s doivent veiller à offrir à l'ensemble des stagiaires d’un groupe une variété équivalente de situations d’exposition ;

  • Les superviseur(e)s doivent être formé(e)s à la dynamique des stages de groupe et/ou au peer coaching ;

  • Une bonne communication est essentielle lorsque plusieurs superviseur(e)s sont impliqué(e)s ;

  • Une supervision impliquant plus de trois stagiaires pour un(e) superviseur(e) demande préférablement que le ou la superviseur(e) soit dégagé(e) entièrement ou en partie de ses fonctions habituelles

  • Les superviseur(e)s doivent s’adapter aux diverses personnalités et styles d’apprentissage des stagiaires.

Dans quel cas choisir la supervision de groupe ?

  • Pour répondre aux exigences de certaines disciplines (ex : stages de groupe en soins infirmiers) ;

  • Pour augmenter la capacité d’accueil, répondre à la demande croissante de placement de stagiaires provenant des établissements d’enseignement, et ainsi contribuer davantage à la formation de la relève.

Un éducateur supervisant son stagiaire

Rôle à adopter par la ou le superviseur(e) selon les caractéristiques de l'apprenant

Les cinq rôles doivent être employés au bon moment et doivent utiliser le juste niveau entre le soutien et les défis proposés afin de maximiser les apprentissages.

Le rôle d’éducateur doit être préconisé quand la ou le stagiaire a des connaissances et des habiletés insuffisantes. Le rôle d’entraîneur doit être utilisé quand la ou le stagiaire a des connaissances et des habiletés qui correspondent aux attentes du stage et qu’il a besoin de peaufiner ses interventions. Le rôle de parrain doit être employé lorsque la ou le stagiaire a des compétences qui dépassent les attentes du stage. Le rôle de conseiller et d’agent de confrontation doit être adopté par la ou le superviseur(e) de façon linéaire pour appuyer un(e) stagiaire qui est en situation d’échec.

Cliquez sur les rôles pour en savoir plus.

Le stagiaire...

  • Possède une base théorique ou une expérience limitée/inexistante.

  • A déjà acquis des habiletés de base, mais le milieu est nouveau.

  • Affiche un faible niveau de confiance et d’autonomie, mais une bonne motivation.

​Le stagiaire...

  • A une pensée professionnelle mature.

  • Sait trouver l’aide dont il a besoin et reconnaît ses limites.

  • Fait face à des situations complexes.

  • Fournit une contribution spéciale.

  • Est fiable.

  • A un niveau d’autonomie élevé et une motivation constante.

  • Cherche à s’améliorer.

Le stagiaire...

  • A des problèmes de rendement persistants.

  • Démontre une incapacité à satisfaire les attentes.

  • Est en position d’échec dans son rôle actuel.

Le stagiaire...

  • A des connaissances et des habiletés de base et a besoin de les perfectionner.

  • Est en mesure de cerner des problèmes, mais a besoin d’aide pour trouver des solutions.

  • A une cadence en déclin dans ses apprentissages ou une motivation qui fluctue.

  • Demande de l’aide puisqu’il est conscient de ses difficultés.